Aller au contenu principal

Explications de vote écrites

Allègement temporaire des règles d'utilisation des créneaux horaires dans les aéroports de la Communauté (C9-0420/2020)

10-02-2021

J’ai voté en faveur de ce rapport sur les règles d’utilisation des créneaux horaires dans les aéroports de l’Union. Face à la pandémie, le marché du transport aérien poursuit son effondrement (-64% en janvier) et doit continuer à être soutenu. Par conséquent, ce texte technique autorise de façon temporaire et dérogatoire les compagnies aériennes à conserver les créneaux dont elles disposent en dépit de leur sous-utilisation.

Mesures temporaires relatives à la validité de certains certificats et licences (Omnibus II) (C9-0004/2021)

10-02-2021

J’ai voté en faveur de ce rapport sur les mesures temporaires relatives à la validité de certificats et licences (Omnibus II). Ce texte technique vise à soutenir le secteur des transports, sévèrement impacté par la pandémie. Il prévoit la prolongation de la validité des certificats, licences et agréments pour le transport routier, ferroviaire, maritime et fluvial.

Accord d’association entre l'Union européenne et l'Ukraine (A9-0219/2020)

10-02-2021

Je me suis abstenue sur cette résolution relative à l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine. Si je suis favorable à cet accord comme à son approfondissement, je déplore que le texte serve de prétexte au vote de dispositions qui mettent en cause de manière disproportionnée et peu diplomatique la Russie, qui, quelles que soient nos divergences, doit demeurer un pays avec lequel l’Union doit conserver des relations cordiales. Je me suis opposée à un amendement demandant l’arrêt de la construction du gazoduc Nord Stream 2, qui n’a aucun rapport avec l’accord d’association et permettra à l’Europe de sécuriser et diversifier son approvisionnement en gaz naturel.

Stratégie européenne en matière de compétences en faveur de la compétitivité durable, de l'équité sociale et de la résilience (B9-0108/2021)

10-02-2021

J’ai voté en faveur de cette résolution sur la stratégie européenne en matière de compétences. Cette stratégie quinquennale a pour ambition d’aider les citoyens et les entreprises à développer des compétences plus nombreuses et de meilleure qualité. Pour ce faire, le texte demande notamment la pleine mise en œuvre de la directive sur les qualifications professionnelles.

Établissement de la facilité pour la reprise et la résilience (A9-0214/2020)

09-02-2021

J’ai voté en faveur de ce rapport sur l’établissement de la facilité pour la reprise et la résilience. Il s’agit de l’accord de trilogue qui met en œuvre le plan de relance européen. A de nombreuses reprises et par mes votes, j’ai exprimé mes réserves sur le financement de ce plan, qui comporte une part de dette inutilement mutualisée entre les États membres et des modalités de remboursement floues, fondées sur d’hypothétiques ressources propres qui n’ont pas encore été votées. Je maintiens intégralement ces réserves. Toutefois, au regard la situation économique dramatique engendrée par la crise sanitaire, je souhaite que les crédits de ce plan (40 milliards d’euros pour la France) arrivent le plus rapidement possible dans nos territoires pour soutenir les entreprises et les secteurs d’activité qui jouent actuellement leur survie. C’est pourquoi, j’ai approuvé ce texte.

Banque centrale européenne - rapport annuel 2020 (A9-0002/2021)

09-02-2021

J’ai voté en faveur de ce rapport sur le rapport annuel 2020 de la Banque Centrale Européenne (BCE). Le texte souligne la stabilité et la résilience de l’euro en dépit de la crise sanitaire. Il salue le rôle monétaire rapide et substantiel joué par la BCE pour répondre à la crise. Il rappelle qu’au-delà de la politique monétaire, des réformes renforçant la compétitivité et la cohésion sociale seront nécessaires pour restaurer la croissance dans toute l'Union. J’ai rejeté des amendements de l’extrême gauche qui demandaient une annulation de la dette COVID. Cette demande est irresponsable, elle omet que la dette n’est pas une abstraction mais une créance détenue notamment des fonds de pension et par de nombreux épargnants (retraités, salariés, etc. par exemple à travers leurs contrats d’assurance-vie). Annuler la dette créerait un dangereux précédent qui encouragerait les gouvernements à renoncer à tout sérieux budgétaire, entraînerait une hausse des prix, une spoliation des épargnants mais aussi une décrédibilisation entre autres de la signature de la France.